Situation COVID-19 en Grèce


 

Mis à jour le 01/03/2021

BONNE NOUVELLE pour aller en GRÈCE

Le gouvernement grec a annoncé son intention de préparer le pays pour une saison touristique meilleure que celle de l’an dernier en assouplissant au maximum les restrictions et contraintes pour l’entrée dans le pays.

COMMENT?

Fin progressive du confinement à partir du 8 mars.

Il faut dire que tout est mis en place pour que les touristes puissent revenir dans le pays en toute sécurité et sans difficultés.

 

Le pays se remettait à peine de 10 ans d’austérité quand l’épidémie est arrivée. L’année dernière a été très difficile et les grecs ne pourront plus supporter une autre année de disette.

Quand on pense que plus de 80% de la population dépend directement ou indirectement du tourisme, on peut imaginer la catastrophe économique que l’absence de touristes pourrait provoquer. Il ne faut pas oublier tous les petits commerces et métiers qui gravitent autour de cette industrie (tous les fabricants et producteurs ainsi que les sociétés de nettoyage à sec, les fournisseurs de carburant et matériel divers pour ne parler que du domaine nautique).

 

En été, la population de la Crète, par exemple, triple avec la venue des touristes et plus encore dans d’autres iles plus touristiques (Santorin, Mykonos, etc). Les habitants ont donc créé un réseau de services pour pouvoir loger, nourrir, blanchir, transporter, divertir, … tout ce petit monde.

 

Depuis le 7 novembre le pays est dans un confinement très strict visant à empêcher la propagation de la maladie et à maintenir le pays en zone verte.

« Un confinement strict, accompagné d’un couvre-feu nocturne, pour endiguer l’épidémie dans le pays avait été adopté le 7 novembre, avant d’être prolongé trois fois jusqu’au 8 mars.

Les particuliers ne sont autorisés à circuler que pour aller chez le médecin, à la pharmacie, aux banques, services publics, faire des courses ou de l’exercice physique. Seuls les magasins d’alimentation et les pharmacies sont ouverts, et les salariés sont incités à travailler à distance.

Le port du masque est obligatoire à l’intérieur comme à l’extérieur et la circulation est interdite entre 22 heures et 5 h. »

 

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé vendredi que l'amende pour violation des restrictions du confinement passait de 300 € à 500 euros - un montant équivalent au salaire minimum mensuel et au soutien de l'État aux travailleurs sous contrat de suspension en raison de la pandémie.

Il a justifié la hausse des amendes sous prétexte de redémarrer en toute sécurité l'économie et le commerce de détail lundi 8 mars. « L’amende des contrevenants sera portée de 300 à 500 euros afin que nous puissions relancer l'économie sans mettre en danger la santé avec une troisième vague de pandémies », a-t-il déclaré.

 

Par ailleurs des mesures d’assouplissement des restrictions sont programmées pour accueillir les touristes à partir du 03 avril de manière simple, rapide et facile.

 

Des précisions sur ce qui se passera avec le certificat de vaccination pour les voyages ont été données par le ministre du Tourisme, Haris Theocharis. Dans aucun des cas, le certificat de vaccination ne deviendra une condition pour que quelqu'un se rende dans notre pays, a souligné le ministre du Tourisme, Haris Theocharis, s'exprimant sur SKAI TV. Il a expliqué que la proposition du Premier ministre, qui, selon lui, vise à faire trembler les eaux afin que l'Europe se coordonne sur cette question. Selon M. Theocharis, les tests rapides, plus efficaces et moins chers, sont deux «outils» qui permettent d'effectuer les déplacements nécessaires cet été. Des tests seront effectués sur ceux qui n'ont pas été vaccinés, mais il reste à voir sur la base des décisions du comité s'ils seront effectués sur tous. Ceux qui n'ont pas de certificat de vaccination passeront librement car nous n'avons pas besoin de gaspiller les ressources qui sont spécifiques dans des cas qui ne présentent pas de risque. Ce sera mieux qu’en 2020. Le ministre du Tourisme a souligné que cet été il s'attend à une année meilleure dans le domaine du tourisme.

 

Qu’en est-il donc officiellement :

A partir du 8 mars :

 

  • Réouverture progressive des commerces ;

  • Entrée dans le pays facilitée : plus besoin de quarantaine mais toujours l’obligation de test COVID négatif fait dans les 72h avant l’entrée sur le territoire et le formulaire PLF de localisation.

 

A partir du 03 avril :

  • Juste le test COVID et le " QR " code fourni après avoir rempli le formulaire PLF seront nécessaires.

  • Il n’y aura pas d’obligation de présenter un certificat de vaccination ou autre passeport santé.

 

Nous voilà donc rassurés.

Il ne reste plus qu'à voir les restrictions imposées par les gouvernements des autres pays quant à la circulation des citoyens et les contraintes des compagnies aériennes et de transport en commun.

Et, il n’y a pas que l’avion pour se rendre en Grèce.

La voiture, le bus, le train et bateau restent des alternatives.